Chronique du 11 mars 2009

Share on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on Google+0Email this to someone

L’image de l’Europe est très mauvaise, dit un internaute, car la plupart des hommes politiques, quand ils doivent prendre une décision désagréable, disent que c’est la faute de Bruxelles.

L’image de l’Europe est très mauvaise, dit un internaute, car la plupart des hommes politiques, quand ils doivent prendre une décision désagréable, disent que c’est la faute de Bruxelles.

Un autre dit : « L’Europe, nous ne l’aimons pas parce qu’on nous a appris à  ne pas l’aimer, voire à  la détester ». Voilà  quelques phrases, sans doute un peu radicales mais que l’on peut analyser comme la prise de conscience de l’utilité de la construction européenne et de l émergence d’un territoire auquel les Européens commencent à  s’identifier. D’ailleurs, la même personne affirme que « l’Europe est une grande idée neuve … bien plus que ce que nos hommes politiques l’imaginent ». Mais poursuit il « L’Europe a besoin d’hommes politiques, d’auteurs et d’artistes visionnaires ». A cela on peu ajouter qu’une éducation a la construction européenne s’avère être d’une urgente nécessité.

L’Institut LH2, initiateur d’un cycle d’analyse et d’information sur l’Europe, a voulu en savoir plus et réalisé pour son propre compte un sondage les 27 et 28 février dernier. Selon Adélaà¯de Zulfikarpasic, la directrice du département Opinion de l’Institut, l’objectif est de comprendre ce que l’Europe représente pour les Français et quelles sont leurs intentions à  près de 80 jours des élections européennes. C’est donc un outil assez complet et important que LH2 nous livre l’analyse. On imagine donc assez bien que think tank, partis politiques et médias vont s’en emparer afin de poursuivre leur observation et formuler leur propositions.

Que nous apprend ce sondage ? D’abord que si l’enjeu des élections européennes est considéré comme important dans les circonstances actuelles, l’intérêt pour l’échéance est encore modéré. 53% s’y intéressent parmi lesquels 18% affichent un intérêt fort pour l’élection. Ce qui fait tout de même un total de 47% des interrogés qui se déclarent pas ou peu concernés. Il est intéressant de voir la répartition en fonction des appartenances et milieux socioprofessionnels. Le sondage confirme assez globalement les tendances du referendum du traité constitutionnel. Plus on est formé, situé dans l’échelle professionnelle et agé, plus on porte de l’intérêt à  la dimension européenne.

Preuve d’une méconnaissance de la problématique européenne, 69% des interviewé estiment que l’élection n’aura pas un impact sur la politique française. Finalement ici non plus peu de changement par rapport au passé : la décision de vote sera fonction des enjeux nationaux et de la situation politique de la France à  ce moment là . Quand même 40% se décideront, et c’est un taux important, en fonction d’enjeux européens et de leurs souhaits pour l’Europe.

A ce propos, il apparait que les électeurs de gauche sont plus sensibles à  46% aux enjeux européens que ceux qui votent à  droite. Pour 60% de ces derniers c’est plutôt les enjeux nationaux et la situation de la France qui est ciblé. Mais c’est tout de même, avec les voix centristes (mais le sondage ne définit pas ce qu’est le Centre) un ensemble de 52 % inspiré par l’intérêt européen.

Globalement la répartition des compétences de l’Union et celles de l’Etat membre est assez bien intégrée. Logiquement les questions de l’environnement et de l’immigration sont fortement citées comme étant soluble dans la perspective de l’Union.

Toutefois et c’est assez curieux aucune questions concernant la vision que peuvent avoir les sondés du Parlement européen et de son rôle, n’a été, semble-t-il posée. Mais en conclusion on peu dire que des attentes fortes en matière de politique économique européenne, mais aussi de politiques environnementale et sociale apparaissent dans contexte de crise. Que la droite apparait la plus à  même pour régler la crise économique et la gauche la crise sociale. Mais finalement l’enseignement important de ce sondage est qu’il est urgent de réconcilier les français avec les élections européennes.

Share on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on Google+0Email this to someone