Penn Europa Février 2017

newsletter
Share on Facebook5Tweet about this on TwitterShare on Google+0Email this to someone
Share on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on Google+0Email this to someone

Édito

Morucci

Oui, l’Europe
est démocratique !

Un présupposé est que l’Union européenne n’est pas suffisamment démocratique. Pourtant, c’est sans doute, en ce domaine, le système le plus élaboré au monde. Il s’inspire des valeurs communes européennes et forme un élément central de la culture commune. Le processus démocratique est inscrit dans les traités.

Les citoyens eux-mêmes sont consultés et peuvent apporter idées et doléances au travers des initiatives citoyennes. Démocratie encore autour de la rénovation de la politique agricole commune comme c’est le cas pour l’éducation à l’Europe. Les Européens sont très largement invités à s’exprimer sur l’avenir de l’Union. La Maison de l’Europe – Centre d’Information Europe Direct a ouvert une adresse mail spécifique à cet effet. Écrivez, faites part de vos remarques, de vos questions.

Le Brexit va se concrétiser au mois de mars. Il va y avoir des effets sur notre quotidien. La Maison de l’Europe de Brest, le Conseil régional de Bretagne et le Conseil économique et social (CESER) vous invitent à participer le 2 mars à la restitution de l’enquête sur les effets du Brexit sur la Bretagne.

Bonne lecture et à bientôt pour nos prochains rendez-vous européens.

Emmanuel Morucci

Vous avez la parole !

Erasmus+ a 30 ans : cette année le programme Erasmus (European Region Action Scheme for the Mobility of University Students) fête ses 30 ans d’existence à travers l’Europe.

Pour l’occasion, la Maison de l’Europe lance son « PhotoBook » afin de recueillir des témoignages sur des personnes ayant fait Erasmus par le passé.

Intéressé(e)s ? Envoyez-nous un mail à leuropedanslefinistere@gmail.com !

*** ***

L’Europe en direct ! Faites part de vos ressentis et questionnements sur l’Union européenne à la Maison de l’Europe.

Pour cela, une adresse :
moneurope@protonmail.com

*** ***

Le Médiateur européen : rattaché au Parlement européen, son rôle est d’enquêter sur différents types de mauvaise administration des Institutions européennes.

L’ouverture d’une enquête se fait sur la base de plaintes reçues des citoyens ou résidents européens, des entreprises ou associations. Le médiateur peut également prendre une initiative personnelle.

Ses modalités d’intervention passent par l’information, l’accord amiable ou les recommandations. En cas d’inefficacité, il remet alors un rapport spécial au Parlement européen qui prendra, à son tour, les mesures nécessaires.

Si vous souhaitez déposer une plainte, cliquez ici.

En bref !

Nouvelle présidence du Parlement européen : Antonio Tajani, député démocrate chrétien italien, a remporté l’élection pour la présidence du Parlement européen le 17 janvier dernier.

Son mandat durera deux ans et demi et pourra être renouvelé.

*** ***

Lancement d’une consultation publique sur la PAC : dans le cadre du plan de modernisation et de simplification de la PAC (Politique Agricole Commune), la Commission a ouvert une consultation publique de trois mois.

L’objectif est d’aider la Commission a définir les priorités pour l’avenir dans le domaine agricole.

*** ***

L’UE et le Mexique accélèrent les négociations commerciales : les deux prochains cycles de négociations auront lieu en avril et juin 2017. L’objectif est de repenser l’ALE (Accord de Libre-Échange) et de parvenir à un nouvel accord.

Selon la politique de transparence, l’UE a publié six propositions. Elles représentent les positions initiales de l’UE à la table des négociations.

Postes à pourvoir !

Si vous recherchez un emploi à l’étranger, rendez-vous sur le site de l’EURES (Portail Européen Sur la Mobilité de l’Emploi).

Sur le site de l’EPSO, plusieurs offres d’emploi dans les Institutions sont à pourvoir, notamment deux offres dans le domaine de la propriété intellectuelle.

La date limite pour postuler est le 14 février.

L’ICE « Ban Glyphosate »

La Commission a enregistré officiellement le 25 janvier 2017 l’initiative citoyenne européenne (ICE) l’invitant « à proposer aux États membres une interdiction du glyphosate, à réformer la procédure d’approbation des pesticides et à fixer des objectifs obligatoires à l’échelle de l’UE en ce qui concerne la réduction de l’utilisation des pesticides ».

Durant douze mois, les signatures en faveur de la proposition seront récoltées.
L’ICE doit avoir récolté au minimum un million de déclarations de soutien provenant d’au moins sept États membres.

Dans ce cas, la Commission disposera d’un délai de trois mois pour apprécier le fond de l’initiative, c’est-à-dire accéder à la demande ou non. Peu importe sa réponse, la Commission devra l’argumenter.

L’ICE a été instituée avec le Traité de Lisbonne et permet aux citoyens européens d’influer sur les programmes de travail de la Commission.

Contact

MAISON DE L’EUROPE DE BREST

CENTRE INFORMATION EUROPE DIRECT
BRETAGNE OUEST

Plateau des Capucins
50, Esplanade de la Fraternité

29200 Brest
www.maisoneurope-brest.eu
leuropedanslefinistere@gmail.com

Horaires d’ouverture :
Lundi à vendredi
9h30-12h30 et 14h00-18h00
L’équipe :
Ingrid DAVID
Cécile MANSOURATI
Pauline KERGLONOU
Hugo CONQ

color-facebook-48.png color-twitter-128.png color-link-128.png

Directeur de publication

Emmanuel MORUCCI

Comité de rédaction

Pauline KERGLONOU
Ingrid DAVID
Cécile MANSOURATI
Hugo CONQ
Benoist ROLLET
Marie-Laure CROGUENNEC

ET
Remerciements à Maëlys DAVID pour son appui technique.

Actualité de la Maison de l’Europe de Brest – CIED Bretagne ouest.

gjy1.jpg

L’Europe pour les jeunes : l’équipe de la Maison de l’Europe s’est déplacée à plusieurs reprises au collège Saint-Vincent et à la MJC de l’Harteloire de Brest. Au menu, un quiz interactif, la découverte de plusieurs pays européens (l’Allemagne, la Finlande, l’Irlande) et la question des migrants.
Jonas Hartmann, en Service volontaire à Plouguerneau, était également présent pour parler de son pays.

Points relais Europe : déterminé à diffuser l’information européenne dans le Finistère, le projet de la Maison de l’Europe tend à se développer, notamment par les partenariats avec les communes de Plouguerneau et de Briec. Ces partenariats permettront d’organiser des évènements sur l’Europe dans des villes autres que Brest, afin de toucher un autre public finistérien.
Dans le cadre de ces partenariats, vous pourrez prochainement découvrir dans ces deux villes l’exposition sur la Politique Agricole Commune (PAC).

Avis aux maires du Finistère : si ce partenariat vous intéresse, n’hésitez pas à nous contacter. C’est avec plaisir que nous nous déplacerons pour vous en parler.

À ne pas manquer : le 2 mars, de 18h00 à 20h30, à la Faculté Victor Ségalen de Brest, aura lieu une restitution de l’enquête du CESER « Et après ? Les enjeux du Brexit pour la Bretagne. » Ouvert à toutes et à tous, entrée libre sur inscription, dans la limite des places disponibles !

Tous à vos agendas ! Dans le cadre des jeudis de l’Europe, de 18h30 à 20h00, la Maison de l’Europe vous accueillera avec grand plaisir au 50, Esplanade de la Fraternité (plateau des Capucins).

Plusieurs dates à retenir :

0c6i.jpg

Le jeudi 16 février, monsieur le sénateur François Marc échangera avec vous sur le thème « Problèmes liés au financement de l’UE ».

Le jeudi 23 mars, monsieur Henri-Alain Le Fèvre, consul honoraire d’Allemagne, parlera des relations franco-allemandes de Charlemagne à nos jours.

Le jeudi 20 avril, monsieur Olivier Coppens, membre de la Représentation en France de la Commission européenne, développera le thème de la transition énergétique de l’UE.

Le jeudi 11 mai, le consul de Roumanie, monsieur Sorin Moga, vous fera découvrir – ou redécouvrir – « la Roumanie, la culture d’un État membre de l’Union ».

Le jeudi 18 mai, monsieur Bouëssel Du Bourg présentera les liens économiques des adhérents de Produit en Bretagne avec l’Union européenne.

Dictée de l’Europe : comme tous les ans, la Maison de l’Europe organise sa traditionnelle dictée de l’Europe. Destinée aux classes allant du CM1 à la 3e, la dictée sera adaptée à ces différents niveaux. Les meilleures productions seront récompensées par des lots offerts par les partenaires de la Maison de l’Europe.
Enseignants : vous avez jusqu’au 17 mars 2017 pour inscrire votre classe ! Entre le 27 mars et le 7 avril, la dictée ainsi que les tests de départage devront avoir été passés.

Concours « Bon anniversaire à l’Union européenne ! »: les inscriptions sont toujours ouvertes pour le concours audiovisuel « Bon anniversaire à l’Union européenne ! ». Enseignants de collèges et animateurs de MPT finistériens, vous avez jusqu’au 22 février pour inscrire vos classes. N’hésitez pas à nous contacter pour plus de renseignements.

Actualité européenne

Une défense européenne pour la paix

lsz0.png

Madame Patricia Adam, députée du Finistère, était l’invitée de la Maison de l’Europe de Brest et du Centre d’Information Europe Direct Bretagne ouest le 12 janvier dernier.

Devant une assemblée d’une quarantaine de personnes, la Présidente de la commission de la défense nationale et des forces armées à l’Assemblée nationale a éclairé la question « L’Europe au service de la défense ou la défense au service de l’Europe ».

Au travers d’un exposé aussi pertinent qu’ancré dans l’actualité, Madame Patricia Adam a retracé l’historique et les étapes du cheminement européen. D’un rapprochement entre États qui dans un premier temps ne répondait pas aux bonnes questions en visant essentiellement un but pécuniaire pour diminuer les budgets respectifs, à une réponse plus ambitieuse et efficiente au véritable enjeu « Que peut faire l’Europe pour la défense ? », l’évolution a été marquée par une diversité des angles de vue des États liés d’une part aux situations spécifiques en capacité de défense, et d’autre part aux réalités vécues différemment par les pays.

Ce sont les situations de crise et particulièrement les attentats terroristes qui ont conduit l’Union européenne à réagir par une nouvelle orientation au travers d’une organisation construite.

L’activation de l’article 42-7 du Traité a mobilisé de manière immédiate les pays européens qui se sont retrouvés dans la nécessité de renforcer une stratégie de défense commune efficace, indépendante des positions des USA. Cette organisation pragmatique a abouti à la mise en place d’un état-major européen composé de 100 officiers.

Cette politique partageant l’analyse des menaces et amenant l’Europe à parler d’une même voix contribue à la construction d’une Europe politique et fait en outre nécessairement appel à un budget adapté à ces ambitions qui trouvent également un écho par une activité accrue des industries en matière de recherche, et donc d’emplois. Soulignons qu’un euro investi génère 1,6 emploi.

Les enjeux sont donc multiples mais, quelle que soit la sphère concernée, ils ne doivent pas occulter la demande première des citoyens européens qui attendent de l’UE qu’elle les protège, rejoignant en cela les valeurs de construction prônées en son temps par Robert Schuman.

Plus besoin de visa pour la Géorgie !

Selon une nouvelle législation du Parlement, les citoyens géorgiens pourront prochainement entrer dans l’Union européenne sans visa pour de courts séjours.

Grâce à cette exemption de visa, les Géorgiens détenteurs d’un passeport biométrique auront le droit de séjourner dans l’UE sans visa pendant 90 jours par période de 180 jours, pour les affaires, le tourisme ou pour des raisons familiales.

La modification légale qui intègre la Géorgie à la liste des pays exemptés de cette obligation (la liste « positive ») devra maintenant être approuvée par le Conseil des ministres. Suite à la signature formelle de celui-ci, le texte sera publié dans le Journal officiel de l’UE.

L’exemption de visa pour la Géorgie entrera en vigueur à la même date que la révision du mécanisme de suspension, adoptée par le Parlement le 15 décembre 2016, mais en attente de finalisation de la traduction des textes législatifs.

Zoom sur…

Les 50 ans du Comité de jumelage entre Büsum et Camaret-sur-Mer !

ok7u.jpg

En 1965, René Heise, maire de Camaret-sur-Mer, 1er port langoustier européen, prend contact avec Büsum, 1er port allemand de la pêche à la crevette situé en Mer du Nord. Les deux villes ont une vocation maritime et touristique. Cette démarche fait suite au Traité de l’Élysée, traité d’amitié franco-allemand de 1963.

Entre 1966 et 1967, les deux villes signent entre elles une charte de jumelage et organisent les premiers échanges (souvent sportifs).

En 1979, Loïc Chantereau, maire de Camaret, prend à son tour, contact avec St Ives, port de Cornouailles anglaise bien connu des pêcheurs camarétois. Les liens se créent et une charte de jumelage est signée en 1982. Des échanges annuels réguliers se mettent en place, notamment entre les collèges.

Tout naturellement, en 1985, l’association « Comité de Jumelage de Camaret » voit le jour. Son objectif est de faire vivre et d’animer ces jumelages.

En 1992, Camaret invite à la fois Büsum (25 ans de jumelage) et St Ives (10 ans de jumelage) pour fêter les anniversaires.

En 2012, Ericeira, port de pêche au Portugal, classé « réserve mondiale de surf » depuis 2011 et bien connu des pêcheurs langoustiers camarétois, sollicite la municipalité de Camaret pour créer un jumelage. Nadine Servant, maire de Camaret, favorable au projet, engage rapidement les démarches. À ce jour, le projet est en attente.

En 2014, la municipalité et le comité de jumelage de Büsum invitent les habitants de la commune à venir célébrer, en 2017, le jubilé des 50 ans.

Une délégation camarétoise se rendra à Büsum pendant la seconde quinzaine d’octobre 2017. Afin de bien préparer ce déplacement, Yveline Le Don, titulaire d’une licence d’allemand, donne des cours d’allemand hebdomadaires, ouverts à tous.

Aujourd’hui, c’est l’Italie qui s’invite à votre table avec…

Les ravioles ricotta épinards !

IMG_0007-1024x682.jpg Source : unmetsdixvins.com

Ingrédients :

Pour la pâte à ravioles : 250g de farine, 125g d’oeufs, 2cl d’huile d’olive, 3 pincées de sel, une pincée de poivre.

Pour la garniture : 250g de ricotta, 500g d’épinards frais (ou surgelés), 1 oeuf, 100g de parmesan, 100g de beurre, une pincée de sel et de poivre, du gros sel et une branche de sauge.

1. Pour la pâte : dans un bol, mettre la farine et réaliser une fontaine. Au centre, disposer le sel fin, le poivre du moulin, l’huile d’olive et les oeufs mixés. Malaxer la pâte afin qu’elle devienne homogène.

Laisser reposer 1 h (ou dans l’idéal, une demi-journée).

2. Pour la garniture : cuire les épinards dans de l’eau bouillante avec le gros sel. Égoutter puis faire revenir à la poêle avec un peu de beurre.

Mélanger les épinards et la ricotta et mixer légèrement. Incorporer l’oeuf et les 2/3 du parmesan. Saler et poivrer.

Effeuiller la sauge et la ciseler en fines lamelles. Faire fondre du beurre dans une poêle jusqu’à obtention d’une couleur rousse (beurre noisette), puis ajouter la sauge. Laisser refroidir.

3. Réaliser les ravioles : étaler la pâte à ravioles finement à l’aide d’un rouleau à pâtisserie. Faire des ronds à l’aide d’un cercle en inox (environ 5cm de diamètre).

Badigeonner d’eau les parties externes à l’aide d’un pinceau. Poser ensuite une cuillère à café de farce au centre des ronds (la moitié des ronds, et garder les autres pour recouvrir). Tapoter légèrement les extrémités des ravioles pour bien les fermer.

Cuire les ravioles dans de l’eau frémissante salée pendant environ 2 min, puis les égoutter.

4. Finition : disposer les ravioles dans une assiette creuse et les napper de beurre de sauge, puis les saupoudrer du reste de parmesan.

Bonne dégustation !

Share on Facebook5Tweet about this on TwitterShare on Google+0Email this to someone