Questions internationales : selon un sondage Eurobaromètre, les Français croient plus en une réponse commune qu’à une réponse nationale.

20170104_160111
Share on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on Google+0Email this to someone

François Hollande participait, le 29 avril, pour la dernière fois en tant que président de la république au sommet européen de Bruxelles. Il y a donné aussi sa dernière conférence de presse. Si le thème était le Brexit et la mise en œuvre du processus de sortie, la question présidentielle française était au cœur des conversations.

Il est vrai que le scrutin de dimanche va permettre aux Français de dire s’ils veulent rester ou quitter l’Union européenne. Le choix du candidat n’est pas neutre contrairement à ce que certains affirment. Ce n’est pas blanc bonnet et bonnet blanc. C’est bien plus sérieux. Il s’agit de décider de l’avenir de la France dans l’Europe. Ainsi, affirme le président français, le choix n’est pas seulement pour la France mais aussi pour l’Europe.

Un discours qui passe bien au moment où les Européens, et plus particulièrement les Français, redeviennent davantage favorables à l’Europe. C’est en tout cas ce que révèle un sondage Eurobaromètre publié il y a quelques jours.

Après le Brexit et l’élection de Donald Trump, les choses ont commencé à bouger. Et le soutien des Européens à l’UE a commencé à grandir. Ainsi ils sont 57% à avoir une opinion positive de l’Union. Ce qui représente tout de même 4 points de plus qu’au précèdent sondage en septembre dernier.

Bien sûr, si pendant la campagne pour les élections présidentielles en France on a beaucoup parlé d’Europe, elle a aussi fortement divisé. Mais tout de même, l’opinion publique française progresse de 5 points par rapport l’année dernière, et les Français considèrent à 53% que l’appartenance de la France à l’UE est une bonne chose.

Dans le même sens, et selon le site Euractiv, le nombre de personnes sondées ayant une opinion négative de l’Europe a légèrement baissé, passant de 17 % à 14%.

Voilà des résultats qui plaisent au nouveau président du parlement européen Antonio Tajani qui s’en félicite. Il les qualifie de très encourageants depuis la crise de 2007. Mais il estime aussi que les citoyens européens attendent beaucoup plus de l’UE et que cette dernière réponde d’;une seule voix à leurs préoccupations. De fait, dit-il, le monde est devenu plus incertain et dangereux.

Alors on verra si le deuxième tour de l’élection présidentielle confirmera ou non ce sondage, mais en tout état de cause 72 % des Français disent préférer une réponse européenne commune à une réponse nationale.

Share on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on Google+0Email this to someone