Revue de presse du lundi 16 octobre 2017

REVUE DE PRESSE réalisée par Jacques Le Masson

REVUE DE PRESSE PHOTO JLM

UNION EUROPÉENNE

 

ANALYSE

Understanding the Secessionist Surge. Edoardo Campanella is a Future of the World Fellow… project Syndicate. Oct 13, 2017  (article en pièce jointe)

A rather capacious interpretation of the right to statehood, along with various political and economic forces, is now destabilizing many regions of the world. In just the past few weeks, the regional governments of Catalonia in Spain and Kurdistan in Iraq have held unofficial independence referendums. And in Cameroon, separatist groups in the English-speaking region of Ambazonia have unilaterally declared independence from the country’s French-speaking regions. Meanwhile, Scotland has been weighing whether to hold another independence referendum, so that it can remain in the European Union…

Russia is laughing at the subversion of the WestDavid Aaronovitch, The Times (article en pièce jointe)

I must have met Reuben Falber around the time that he last took money from the Soviets. From 1958 to 1978, every few months, the rather unassuming man with the thick spectacles who was the assistant general secretary of the British Communist Party would brush up against someone from the Russian embassy outside Barons Court Tube station or on Hampstead Heath, and come away heavier to the tune of one envelope full of used banknotes. Only three people in the Communist Party knew about it. When the news came out after the fall of the Soviet Union, there was some consternation. 

 

Une menaçante implosion de l’Espagne. Jacques Hubert-rodier, Éditorialiste diplomatique Les Échos (article en pièce jointe)

Mariano Rajoy demande à Carles Puigdemont de clarifier ses intentions, sous la menace d’utiliser l’«option nucléaire»: la suspension de l’autonomie de la Catalogne. Chacun a fait un pas de côté : l’Espagnol et l’indépendantiste catalan ont laissé du temps au temps. Mais l’horloge tourne rapidement alors que tous les deux profitent de cette accalmie pour affûter leurs armes. Mercredi, le Premier ministre espagnol, Mariano Rajoy, a demandé au président catalan de clarifier s’il avait ou non déclaré l’indépendance avant d’utiliser l’« option nucléaire »…

 

Royaume-Uni, Espagne : y a-t-il un pilote dans l’avion ? Dominique Moïsi, Chroniqueur, Conseiller spécial à l’Institut Montaigne Les Échos (article en pièce jointe)

Mariano Rajoy a montré trop d’autoritarisme face aux indépendantistes catalans. A l’inverse, Teresa May n’a cessé de changer de ligne à propos du Brexit. Dans les deux cas, la médiocrité de leur leadership plonge leur pays dans la crise. La Grande-Bretagne et l’Espagne ont une longue histoire commune. A la fin du seizième siècle, c’est la nature sous la forme d’une terrible tempête qui sauva l’Angleterre de l’invasion de la « Grande Armada ». A Trafalgar, au début du XIXe siècle, les deux pays étaient alliés dans leur résistance commune à la France napoléonienne. 

 

CHRONIQUE

 

Quatre ans pour créer l’État 4.0. Jean-Francis Pecresse, Éditorialiste Les Échos (article en pièce jointe)

La troisième tentative de réforme de l’État pourrait être la bonne. Sous Nicolas Sarkozy, la technocratie avait stérilisé la Revue générale des politiques publiques (RGPP). Sous François Hollande, l’indolence a anéanti la Modernisation de l’action publique (MAP). Les leçons des erreurs du passé ont été tirées à en croire les conditions dans lesquelles le Premier ministre, Edouard Philippe, installera, ce vendredi, le Comité d’action publique 2022 chargé de proposer, en six mois, un vaste plan de réformes et d’économies de la sphère étatique pour les quatre ans qui viennent. 

 

Zone euro : une guerre de trente ans entre Paris et Berlin. Catherine Chatignoux, Les Échos (article en pièce jointe)

La réforme de la zone euro telle que la rêve Emmanuel Macron ne convainc pas les Allemands. Les clivages qui remontent à Maastricht sont toujours présents. Emmanuel Macron manquerait-il cette fois de baraka ? Si la fougue européenne du nouveau président français a tout à la fois rassuré et séduit ses partenaires européens, on constate que la réforme qui lui tient probablement le plus à coeur, celle de la zone euro, est aussi celle qui suscite le plus de réserves, notamment en Allemagne. A Berlin, ces propositions tombent mal. Les élections du 24 septembre ont ouvert une longue parenthèse de négociations…